www.gg.ca Archives - Archives du www.gg.ca
Gouverneur général du Canada / Governor General of Canada
Imprimer

 


Gouverneure g�n�rale

 

Délégation de la Visite d'État en Europe 2008

< Visites d’État en Europe 2008

Délégation Officielle

M. Pierre Guimond

Ambassadeur du Canada en République de Hongrie et
en République de Slovénie

Pierre GuimondPierre Guimond (BA [Science politique], Université Laval, 1979). Avant d’intégrer le ministère des Affaires extérieures en 1987, M. Guimond a travaillé comme agent de recherche pour le ministère des Affaires intergouvernementales du gouvernement du Québec, puis comme attaché d’information au Bureau du gouvernement du Québec en Ontario. Depuis qu’il est agent du service extérieur, il a rempli à l’étranger des affectations à Prague, à Bonn et à Vienne. À l’administration centrale, il a exercé les fonctions de chargé de dossier à la Direction de l’analyse politique et stratégique, puis à la Direction des relations avec l’URSS et l’Europe centrale et de l’Est; il a été directeur adjoint, Direction de l’Union européenne; adjoint ministériel principal du ministre des Affaires étrangères; directeur, Direction de l’Union européenne, et directeur, Direction de l’Europe de l’Est et des Balkans. De plus, M. Guimond a exercé les fonctions de conseiller au Secrétariat de la politique étrangère et de la défense, Bureau du conseil privé. M. Guimond est actuellement l’ambassadeur du Canada auprès de la Hongrie et la Slovénie. Il est marié à Louise Parent.

M. Michael Calcott

Ambassadeur du Canada en République tchèque et en République slovaque

Michael CalcottMichael Calcott détient un baccalauréat en études anglaises et françaises de l’Université de Toronto. Entré à la fonction publique en 1979, il est devenu directeur à Citoyenneté et Immigration Canada en 1993, puis directeur exécutif des Services ministériels et exécutifs. M. Calcott est ensuite promu au titre de directeur, puis de directeur exécutif des Services ministériels et exécutifs au Secrétariat du Conseil du trésor en 1996. Il poursuit sa carrière au Secrétariat à la Direction des Affaires publiques au titre de directeur exécutif des Communications, puis des Communications et Services exécutifs. De là, il est embauché au ministère des Affaires étrangères en 2003 comme directeur général du Bureau de Services exécutifs et de Institut canadien du service extérieur. Et c’est en 2006 que M. Calcott a été nommé ambassadeur du Canada en République tchèque et en République slovaque.

M. Bernard St-Laurent

Sous-secrétaire du gouverneur général

Bernard St-LaurentNé à Baie-Comeau (Québec), M. St-Laurent a joint les rangs des Forces canadiennes en 1971. Après avoir obtenu un baccalauréat en administration des affaires au Collège militaire royal de Saint-Jean, il est devenu officier d’infanterie au sein du Royal 22e Régiment. M. St-Laurent détient également une maîtrise en administration publique internationale. Au cours de ses 37 années au service des Forces canadiennes, il a occupé plusieurs fonctions en Allemagne, en France et en Italie. Il a en outre fait partie de l’unité militaire d’anti-terrorisme et des forces spéciales pendant plusieurs années, et il a été directeur du Centre de commandement de la Défense nationale. Sa dernière affectation a été à titre de conseiller pédagogique au Collège de défense de l’OTAN à Rome. Il a occupé des postes à la résidence du gouverneur général à deux reprises, la première fois comme aide de camp du très honorable Edward Schreyer et la seconde fois, en qualité de directeur de la mise en oeuvre du programme et de la sécurité, pour le très honorable Roméo LeBlanc et la très honorable Adrienne Clarkson. En août 2007, M. Bernard St-Laurent est revenu à Rideau Hall en capacité de conseiller principal auprès du secrétaire du gouverneur général et, depuis mai 2008, il occupe les fonctions de sous-secrétaire de la direction générale de la politique, du programme et du protocole.

M. Robert Hage

Directeur général, Europe, Affaires étrangères et Commerce international, et conseiller principal pour la visite d’État

Robert HageRobert Hage est né à Calgary, en Alberta, où il a fait ses études primaires et secondaires. Gradué de l’Université de Calgary, il obtient ensuite des diplômes en droit de Université de Toronto et de l’Université de Londres, en Angleterre, et a été admis au barreau de l’Alberta. Il a aussi étudié à l’École Nationale d’Administration, à Paris. M. Hage est entré au service du ministère des Affaires extérieures en 1972 et, par la suite, il a travaillé dans les ambassades du Canada à Washington, à Lagos ainsi qu’à Paris. Il a été chef de mission adjoint à la mission du Canada auprès de l’Union européenne à Bruxelles et ambassadeur du Canada en Hongrie et en Slovénie. Au sein du Ministère à Ottawa, M. Hage a été directeur des opérations juridiques, directeur des affaires financières internationales et de l’investissement, directeur de l’Europe du Sud, directeur de l’Union européenne et directeur général des Affaires juridiques. Il est présentement directeur général de l’Union Européenne. Il a aussi été avocat principal pour l’Accord de libre-échange canado-américain, et représentant alternatif à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer. Son épouse, Jean, et lui ont trois filles.

M. Robert Peck

Chef du protocole du Canada

Robert PeckM. Peck est diplômé du Lindsay Place High School à Pointe-Claire et du CÉGEP John Abbot à Sainte-Anne-de-Bellevue, tous deux au Québec. Il est également titulaire d’un baccalauréat en histoire et en journalisme de l’Université Concordia à Montréal. Après ses études, il a été en 1981 et 1982, l’un des 10 stagiaires parlementaires recrutés parmi des candidats venus de partout au Canada. En 1982, M. Peck s’est joint au Service extérieur canadien. Il a travaillé à Ottawa puis au haut-commissariat du Canada à Lagos (Nigéria) et à l’ambassade du Canada à Berne (Suisse). À l’Administration centrale des Affaires étrangères et Commerce international (MAECI), M. Peck a travaillé à la Gestion ministérielle, au Personnel et au Service des relations avec les médias. De 1993 à 1995, il a été attaché de presse et porte-parole ministériel de deux ministres des Affaires étrangères, avant d’être envoyé en affectation à l’ambassade du Canada à Athènes, en Grèce, de 1994 à 1997. M. Peck a été directeur du Service des relations avec les médias au MAECI de 1999 à 2000. Pendant une absence autorisée, M. Peck a été directeur des affaires internes et des relations avec les investisseurs à CAE Inc., un leader de l’aérospatiale, à Montréal. De retour au MAECI, M. Peck a été nommé directeur général par intérim de la Direction générale de l’Afrique, puis directeur de la Direction de l’Afrique occidentale et centrale. Il est demeuré à ce poste jusqu’en 2004. De 2004 à l’automne 2007, date de sa nomination au titre de chef du protocole, M. Peck a été ambassadeur du Canada en République algérienne démocratique et populaire. M. Peck est marié à Mme Maria Pantazi-Peck, également membre du Service extérieur canadien.

M. Tom Perlmutter

Commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’Office national du film (ONF)

Tom PerlmutterArdent défenseur d’un cinéma indépendant, révolutionnaire et socialement engagé, Tom Perlmutter est devenu, le 11 juin 2007, le 15e commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’ONF. Depuis son arrivée à l’ONF en 2001, à titre de directeur général du Programme anglais, M. Perlmutter a été l’un des principaux ambassadeurs de l’institution, tant au pays qu’à l’étranger. Il a notamment revitalisé la programmation documentaire et d’animation, noué des liens importants avec des partenaires prestigieux partout dans le monde et rendu l’Office plus accessible aux cinéastes émergents et provenant des minorités ethnoculturelles. Il a également aiguillé l’ONF vers d’importantes percées technologiques dans le domaine de la production multiplateforme. Sous sa direction, l’ONF a recueilli de nombreuses récompenses, dont deux Oscars. Avant de se joindre à l’ONF, Tom Perlmutter a mené une carrière prestigieuse au sein de l’industrie du cinéma canadien. Comme chef fondateur de la section documentaire de Barna-Alper Productions, il a créé et produit de nombreux longs métrages et séries primés.

Délégation d’accompagnement

Mme Constance Backhouse, C.M.

Professeure de droit, Université d’Ottawa

Constance BackhouseConstance Backhouse est membre de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Diplômée de l’Université du Manitoba, de l’Osgoode Hall Law School et de l’Université Harvard, elle enseigne dans plusieurs secteurs du droit criminel, des droits de la personne, des droits ancestraux et du droit féministe. Plusieurs des livres qu’elle a publiés ont été primés, dont Petticoats and Prejudice: Women and Law in Nineteenth-Century Canada; Challenging Times: The Women’s Movement in Canada and the United States; Colour-Coded: A Legal History of Racism in Canada,1900-1950; et The Heiress vs the Establishment: Mrs. Campbell’s Campaign for Legal Justice. Son plus récent livre, Carnal Crimes: Sexual Assault Law in Canada, 1900-1975, vient tout juste d’être publié. Son expertise se situe dans les domaines des droits de la personne, des abus sexuels, de la violence contre les femmes et les enfants. Elle est aussi une bénévole féministe active en milieu communautaire. Mme Backhouse a reçu l’Augusta Stowe Gullen Medal (1981), le Willard Hurst Prize (1992), la Law Society Medal (1998), la Bourse canadienne Bora- Laskin pour la recherche sur les droits de la personne (1999), la Bourse Jules-Gabrielle Léger (2006), le Prix de recherche Trudeau (2006), le Prix Ramon John Hnatyshyn du droit, en collaboration avec l’Association du Barreau canadien (2006), et le Killam Prize (2008). Boursière de la Société royale du Canada en 2004, elle est devenue membre de l’Ordre du Canada en 2008.

M. Philippe Baylaucq

Cinéaste

Philippe BaylaucqPhilippe Baylaucq a poursuivi des études en sculpture et en cinéma chez Hornsey et au Central Saint Martins College of Art and Design, à Londres, (Angleterre). Il travaille maintenant à titre de réalisateur indépendant dans les domaines du cinéma, de la télévision et de la vidéo, signant aussi bien des films documentaires, ainsi que des films expérimentaux et de fiction. Parmi ses films, Lodela (1996) et Mystère B. (1997) ont tous deux remporté le prix Téléfilm Canada aux 15e et 16e Festival international du film d’art (FIFA) respectivement. Les couleurs du sang (2000), son documentaire sur le peintre André Biéler, son grand-père, a été sélectionné lors de l’édition 2001 du FIFA et mis en nomination pour trois Prix Gémeaux. La même année, il a reçu le prix Lumières 2001 pour sa contribution à l’avancement du statut du réalisateur au Québec, travail accompli durant sa présidence à l’Association des Réalisateurs et Réalisatrices du Québec (ARRQ), de 1996 à 2000. Toujours en 2001, il réalise Hugo et le Dragon, un conte musical pour tous qui remporta un vif succès. Le film a reçu le prix Téléfilm Canada au festival de télévision de Banff et, en 2002, le prix Gémeaux de la meilleure réalisation dans une série/émission pour enfants. En 2007, à titre de réalisateur-coordonnateur, il a fait partie du collectif de cinéastes ayant signé le long métrage Et il y avait la poésie. En 2008, il réalise un documentaire scientifique intitulé La dynamique du cerveau et cette même année, dans le cadre de la 11e édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal, il lancera Le magicien de Kaboul, un documentaire long métrage, en chantier de depuis 2004 et tourné à New York, Tokyo et Kaboul (Afghanistan).

Mme Kay Blair

Directrice générale, Community MicroSkills Development Centre

Kay BlairDepuis 1988, Kay Blair est la directrice générale de Community MicroSkills Development Centre, un organisme communautaire de la région de Toronto qui offre divers services aux chômeurs, aux immigrants, aux femmes ayant un revenu modique et aux jeunes. Sous la direction de Mme Blair, MicroSkills a connu une forte croissance. L’organisme est considéré comme un chef de file par les donateurs, les gouvernements, les entreprises, les clients et plusieurs fournisseurs de services. Mme Kay a mis sur pied plusieurs programmes et projets novateurs, dont un centre de ressources pour les femmes désirant se lancer en affaires, le premier institut de technologie pour les femmes en Ontario et le centre Dixon pour la jeunesse. Récemment, elle inaugurait à New York un centre d’excellence pour les femmes et les nouveaux arrivants pour promouvoir les capacités de leadership de ces derniers et pour accélérer leur intégration au marché du travail. On la consulte souvent au sujet des questions d’accès, d’équité et de développement communautaire, et elle a fait partie de nombreux groupes de travail et de forums publics portant sur la qualité de vie des femmes, des immigrants et des personnes ciblées à cause de leur race. Elle rencontre souvent des représentants des gouvernements, du milieu des affaires et d’organismes communautaires pour discuter des questions de diversité au sujet de ces groupes cibles et autres groupes défavorisés. Mme Blair a une maîtrise avec spécialisation en leadership de la Royal Roads University et poursuit des études doctorales en éducation à l’institut de recherche en éducation de l’Université de Toronto.

M. Jordan Croucher

Chanteur / Compositeur

Jordan CroucherOn a décrit Jordan Croucher comme étant la superstar du « rhythm & blues », un artiste « soul », un artiste-né. Ses oeuvres allient ces deux genres à une touche de hip hop. Originaire de Halifax, il a connu un parcours alimenté de nombreuses aventures et réalisations. Il gagne maintenant sa vie avec la musique, le rêve de sa vie. À la sortie du secondaire, on reconnaissait à Jordan l’honneur d’être l’un des meilleurs joueurs de basketball de sa région. En 2001, il a été sélectionné pour faire partie de l’équipe masculine de basketball qui représenterait le Canada en Chine. Et voilà qu’il réalise un autre de ses grands rêves, celui d’être un joueur de basketball professionnel. Rentré à Halifax pour concrétiser ses rêves musicaux, il a trouvé un emploi comme intervenant auprès de jeunes à risque. Pour eux, il créé des activités périphériques, dont un programme de mentorat où il invite des motivateurs et des entraîneurs sportifs afin d’encourager et d’inspirer les jeunes. Joignant l’utile à l’agréable, il enregistre un disque compact pour s’adresser à eux, parlant de leurs vies, de leurs rêves, de leurs difficultés, le tout sur le ton du positivisme et de la force vitale. Durant l’été 2007, il enregistre un DC et lance sont premier album, No Dress Code. Depuis, il accumule les nominations et les prix dans le domaine musical, et joue en première pour des superstars, dont Ne-Yo, Snoop Dogg, Rhianna, Nas, Kardinal Offishall, Young Buck, Juelz Santana et K-OS. En 2008, il a accepté le rôle d’ambassadeur et de porte-parole pour « Democracy 250 », un organisme qui forme des jeunes dans le domaine de la représentation gouvernementale et la démocratie et encourage les jeunes à voter et à devenir des citoyens.

M. Jack Jedwab

Directeur exécutif, Association d’études canadiennes

Jack JedwabJack Jedwab occupe le poste de directeur exécutif de l’Association des Études canadiennes et depuis 1998, et celui de directeur exécutif de l’Association internationale des études canadiennes créée récemment. De 1994 à 1998, il a été directeur exécutif du chapitre québécois du Congrès juif canadien. M. Jedwab a obtenu un baccalauréat en histoire du Canada à l’Université Concordia et étudié l’économie à l’Université McGill, puis a poursuivi ses études en histoire du Canada à Concordia jusqu’à l’obtention d’un doctorat. Il a été boursier doctoral du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada de 1982 à 1985. Depuis 1983, il donne des cours au sein du programme d’études québécoises du département de sociologie et de sciences politiques à l’Université McGill. Plus récemment, il a donné des cours sur les minorités linguistiques du Canada et sur les sports au Canada à l’Institut d’études canadiennes de McGill. Il est le rédacteur fondateur des publications Canadian Issues, Canadians Diversity et de la nouvelle Revue canadienne de recherche sociale. L’un des chercheurs les plus cités au Canada, M. Jedwab est un rédacteur prolifique qui a écrit plusieurs publications et des articles pour les médias nationaux et des revues scientifiques tant sur l’immigration, que le multiculturalisme, les droits de la personne et les minorités linguistiques.

Mme Alanna MacLennan

Directrice de programme, Intersections Media et fondatrice de Projections

Alanna MacLennanAlanna MacLennan a fondé Projections, un programme novateur de mentorat en cinéma et vidéo pour les jeunes ayant des ressources limitées. Inauguré en 2001, le projet avait pour but de favoriser la rencontre de jeunes de la rue et de cinéastes pour créer de courts films et, du même coup, offrir à ces jeunes des possibilités d’emploi et de formation au sein de l’industrie de la création et, ultimement, de leur ouvrir la voie à l’autosuffisance. En 2007, Projections est devenu le programme pivot d’Intersections Media, l’organisme frère à but non lucratif de l’agence Infinity Features Entertainment (productrice de films primés comme Capote, et plus récemment, de The Stone of Destiny). Projections est souvent défini comme étant un partenariat unique, diversifié et au carrefour des secteurs de l’entreprise, du cinéma, des arts, des services sociaux, du gouvernement et des groupes de jeunes. Mme MacLennan a auparavant travaillé à l’ONF, région du Pacifique et Yukon, où elle était responsable de la section « Arts in Action » du programme jeunesse. Elle a aussi travaillé pour la PHS Community Services Society, où elle a passé quatre ans à transformer le # 1 West Hastings en un espace à vocation multiple, à Vancouver. Elle a aussi été membre du comité de gestion de l’Interurban Gallery. Sa grand-mère, une enseignante qui était également son mentor, disait toujours : « Si tu n’apprends rien, tu ne peux rien enseigner. » Mme MacLennan a l’impression d’apprendre énormément chaque jour au contact des gens extraordinaires avec qui elle travaille, que ce soit des jeunes ou les donateurs pour leurs projets. « Je travaille à partir de cette prémisse, cherchant à célébrer et à réaliser cette promesse, tout en me préparant aux défis auxquels nous faisons tous face. »

M. Tom McSorley

Directeur de l’Institut canadien du film

Tom McSorleyTom McSorley est le directeur de l’Institut canadien du film. Il enseigne également le cinéma à l’Université Carleton, est critique de cinéma et de théâtre à la pige au réseau CBC Radio One, éditeur de la publication Rivers of Time: The Films of Philip Hoffman (2008) et coéditeur de Self Portraits: The Cinemas of Canada Since Telefilm (2006). Auteur de nombreux articles et chapitres sur le cinéma canadien et international, M. McSorley publiera prochainement une étude critique sur le long-métrage The Adjuster d’Atom Egoyan, qui paraissait sur les écrans en 1991.


M. Patrick Nixon, C.M., A.O.E.

Président-directeur général, Mustard Seed Street Ministry

Patrick NixonÀ titre de fondateur et président-directeur général du Mustard Seed Street Ministry, Pat Nixon est à la tête de l’un des programmes d’évangélisation sociale les plus connus pour les gens de la rue et les moins moins fortunés. Né à Vancouver, en Colombie-Britannique, en 1960, Pat a quitté la maison à 12 ans, fuyant un environnement familial malsain, pour se retrouver dans la rue, illettré et totalement seul. Pat est arrivé à Calgary à 15 ans, quêtant pour assurer sa subsistance. Un jour, des bénévoles de la First Baptist Church l’approchent. Pat leur demande de l’argent; ils lui offrent plutôt un toit et un repas. Ils prennent soin de lui pendant un an, puis Pat retombe dans ses vieilles habitudes. À 16 ans, Pat se retrouve dans une prison pour adultes. Deux ans plus tard, Pat retourne à Calgary rempli d’un désir renouvelé d’avancer. Son nouvel engagement et sa foi animent sa volonté de changer. Il commence à faire du bénévolat dans un café religieux de quartier puis, à 24 ans, il ouvre un programme d’intervention et obtient une licence comme pasteur. En 1984, il donne naissance au Mustard Seed qui, sous sa gouverne, devient un lieu où les gens de la rue peuvent changer de vie, appuyés annuellement par 11 000 bénévoles. Avec un personnel de 200 employés, il dessert 1 200 personnes quotidiennement.

Me Fanny Wylde

Avocate

Fanny WyldeMe Fanny Wylde, née le 4 avril 1981 à Amos (Québec), a grandi auprès de ses grands-parents près de la communauté algonquine de Pikogan, en Abitibi-Témiscamingue. Depuis sa plus tendre enfance, elle rêve de devenir avocate, ayant compris que le meilleur moyen d’aider la cause de son peuple est à travers la justice. Mme Wylde a excellé et gagné de nombreux prix pour ses performances scolaires. Six jours après avoir donné naissance à son fils, elle commence ses études collégiales au CÉGEP de l’Abitibi-Témiscamingue, puis elle s’inscrit au baccalauréat en droit à l’Université du Québec à Montréal et à la formation professionnelle du Barreau du Québec. Elle retourne ensuite vers sa communauté tel qu’elle l’avait promis à son peuple. Assermentée à titre d’avocate le 12 janvier 2007, elle devient la première avocate de l’histoire du peuple algonquin et la première femme autochtone à devenir procureure de la Couronne du Québec. Elle a aussi fait un court passage au Conseil de la Première Nation Abitibiwinni et travaille maintenant pour l’Administration Régionale Crie, où elle tente de réformer le système de justice, d’instaurer et de créer de nouveaux programmes au sein du système de justice du Québec pour le bénéfice de la Nation crie.

Visites d’État en Europe 2008 >

Mise à jour : 2009-04-30
Avis importants
haut de la page
haut de la page