www.gg.ca Archives - Archives du www.gg.ca
Gouverneur général du Canada / Governor General of Canada
Imprimer

 


 

 

Rapport sur le rendement

Les domaines de responsabilité de la gouverneure générale comprennent plusieurs fonctions. Celles-ci vont des responsabilités constitutionnelles et de chef d’État à celles de rapprocher les Canadiennes et les Canadiens et de reconnaître l’excellence. La section ci-dessous résume ces activités et les résultats obtenus dans ces domaines au cours de la dernière année.

Responsabilités constitutionnelles

Les responsabilités constitutionnelles de la gouverneure générale et la façon dont elle les a assumées en 2003-2004 sont les suivantes :

  • Assurer que le Canada a toujours un premier ministre. Suite à la démission du très honorable Jean Chrétien, le 12 décembre 2003, la gouverneure générale a immédiatement assermenté le très honorable Paul Martin à titre de Premier ministre, ainsi que les nouveaux membres du 27e ministère. Pour la première fois, la gouverneure générale a également assermenté 26 secrétaires parlementaires et conseillers privés.
  • Assermentation des membres du Cabinet et du Conseil Privé. En plus d’assermenter le Premier ministre, la gouverneure générale a aussi assermenté les nouveaux membres du 27e ministère le 12 décembre 2003. Ce jour là, et pour la première fois, elle a aussi assermenté 26 secrétaires parlementaires dans leurs fonctions de conseillers privés. Au cours de l’année, Son Excellence a assermenté quatre conseillers privés additionnels lors de trois cérémonies distinctes.
  • Convoquer, proroger et dissoudre le Parlement et lire le discours du Trône. Le 2 février 2004, la gouverneure générale a lu le discours du Trône pour ouvrir la 3e session de la 37e Législature. (http://www.parl.gc.ca/information/about/process/info/throne/index.asp?lang=F&parl=37&sess=3).
  • Accorder la sanction royale aux projets de lois adoptés par le gouvernement. En 2003-2004, la gouverneure générale a accordé la sanction royale à 34 projets de lois, incluant :
    • Projet de loi C-4 – une loi pour nommer un commissaire à l’éthique et un conseiller sénatorial en éthique;
    • Projet de loi C-24 – une loi pour réformer le financement des partis politiques fédéraux; et
    • Projet de loi C-25 – une loi pour moderniser le cadre de gestion des ressources humaines dans la fonction publique.
  • Donner son assentiment à des décrets. En 2003-2004, la gouverneure générale a approuvé 2 102 décrets, incluant :
    • 115 décrets reliés à l’installation du 27e ministère, le 12 décembre 2003 (incluant les changements aux rangs des sous-ministres);
    • des décrets reliés à la sécurité tels que le Règlement établissant une liste d’entités terroristes en vertu du Code criminel, la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes; et
    • les décrets concernant la création de l’Agence de gestion des ressources humaines de la fonction publique du Canada et l’École de la fonction publique du Canada et les décrets concernant le dissolution de Communication Canada.

Responsabilités à titre de chef d’État

Les responsabilités de la gouverneure générale à titre de chef d’État et la façon dont elle les a assumées en 2003-2004 sont comme suit :

  • Accueil des dirigeants mondiaux. Une visite d’État au Canada a lieu à l’invitation du gouverneur général, à la demande du Premier ministre. Le Canada habituellement l’hôte de quatre ou cinq visites d’État par année, bien que ce nombre puisse fluctuer énormément en raisons d’élections fédérales et d’autres considérations nationales. Ce genre de visite peut durer une semaine ou plus, mais en général les visites à Ottawa durent environ deux jours. La gouverneure générale reçoit généralement le chef d’État en visite et son cortège à Rideau Hall. Ceci inclut une cérémonie d’accueil avec les militaires de la Garde d’honneur et une salve de 21 coups d’artillerie, l’échange de cadeaux officiels, un tête-à-tête avec le chef d’État, un déjeuner et un souper d’État, et peut inclure d’autres réceptions, selon les circonstances particulières de chaque visite. En 2003-2004, la gouverneure générale a été l’hôte de Son Excellence Thabo Mbeki, Président de la République d’Afrique du Sud et de Son Excellence Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies durant leur visite au Canada.
  • Recevoir des lettres de créances ou de commission de chefs de mission étrangers. Les lettres de créance ou de commission sont des documents formels par lesquels un chef d’État présente un nouveau chef de mission diplomatique au chef d’État du pays hôte. Il y a plus de 120 chefs de mission étrangers accrédités au Canada et, en 2003-2004, la gouverneure générale a reçu les lettres de créance ou de commission de 32 chefs de mission.
  • Confirmer la nomination de chefs de mission en poste à l’étranger. Sur les conseils du Premier ministre, la gouverneure générale a approuvé la nomination de 41 chefs de mission canadiens au cours de l’année. Elle a également été l’hôte d’une réception en leur honneur avant qu’ils ne partent prendre leur poste.
  • Représenter le Canada à l’étranger. Les gouverneurs généraux voyagent à l’étranger pour représenter le Canada depuis que lord Elgin s’est rendu à Washington, en 1854. La coutume veut qu’une visite d’État soit entreprise à l’invitation du pays hôte. La première visite officielle d’un gouverneur général du Canada a eu lieu en 1926, quand lord Willingdon est à son tour allé à Washington sur l’invitation du président américain Calvin Coolidge. Les visites d’État de la gouverneure générale dans des pays étrangers sont un instrument important de la politique étrangère canadienne et sont effectuées à la demande du Premier ministre, sur les conseils du ministère des Affaires étrangères. Depuis le mandat de Son Excellence le très honorable Roland Michener (1967-1974), ces visites ont pris une place importante dans le programme des gouverneurs généraux. Jusqu’en 2004, 46 visites d’État ont été effectuées par des gouverneurs généraux du Canada. La gouverneure générale n’est pas en position constitutionnelle de s’occuper de questions spécifiques en matière de politiques qui pourraient être soulevées par un gouvernement étranger. C’est pourquoi au moins un ministre ou plusieurs fonctionnaires l’accompagnent toujours. Au cours de ses visites d’État, la gouverneure générale est toujours accompagnée d’une délégation formée de représentants de sénateurs et de députés de tous les partis politiques. Elle peut également être accompagnée par des sénateurs et des députés du Parlement, des dirigeants autochtones et des représentants de diverses autres collectivités possédant une expertise dans divers domaines ou diverses activités tels que la culture, les sciences, l’environnement et l’éducation. Avec l’aide du ministère des Affaires étrangères du Canada et celle des ambassades canadiennes dans chaque pays, la gouverneure générale a représenté le Canada à l’étranger dans les occasions suivantes :
    • funérailles d’État des victimes des attaques à la bombe du 11 mars 2004, à Madrid, en Espagne;
    • visites d’État en Russie, en Finlande et en Islande, trois pays du Nord circumpolaire, qui appuyaient la dimension nordique de la politique étrangère du Canada;
    • conférence de l’Union européenne à Bruxelles (Belgique), « Intégrer les migrants dans la société : l’expérience canadienne ».

De plus, la gouverneure générale a appuyé les relations internationales du Canada en étant l’hôte de 14 cérémonies pour des individus ou des groupes formés de membres du corps diplomatique au Canada.

[haut de la page]

Commandante en chef

À titre de Commandante en chef des Forces canadiennes, la gouverneure générale s’intéresse énormément aux activités des Forces en visitant les unités et les bases et en participant aux cérémonies militaires. La gouverneure générale reçoit souvent des invitations pour participer à des cérémonies marquant des étapes importantes dans l’histoire des unités et des formations militaires dans tous les secteurs de services. Ces activités peuvent inclure des présentations du drapeau, l’ouverture de nouvelles installations ou des cérémonies commémoratives à l’occasion d’anniversaires spéciaux. Les visites à des unités militaires peuvent être combinées aux visites régionales. La Gouverneure générale visite également les membres des Forces canadiennes participant à des missions à l’extérieur du Canada. Dans son rôle de Commandante en chef en 2003-2004, la gouverneure générale :

  • a inspecté les troupes lors du discours du Trône et lors de la cérémonie du jour du Souvenir;
  • a assisté à la présentation du drapeau de bataillons des Forces canadiennes;
  • a visité les troupes canadiennes en Afghanistan au Nouvel An;
  • s’est rendue en Allemagne pour rendre hommage aux dépouilles des soldats canadiens tués en Afghanistan;
  • a représenté les Canadiennes et les Canadiens en participant au service commémoratif et aux funérailles organisées pour nos soldats morts au combat, soit le sergent Robert Short, le caporal Robbie Beerenfenger et le caporal Jamie Murphy, qui ont perdu la vie au service le notre pays.

[haut de la page]

Rapprocher les Canadiennes et les Canadiens

La gouverneure générale a un rôle traditionnel important à jouer relativement à la promotion de l’identité nationale et de l’unité nationale. Elle s’en acquitte en visitant les collectivités canadiennes; par le biais d’activités dont elle est l’hôte à ses résidences officielles et grâce à un programme de visites qui est en place pour ses deux résidences officielles.

Rôle du conjoint

Son Excellence John Ralston Saul se joint à la gouverneure générale lors de nombreuses activités. Toutefois, il entreprend des initiatives spécifiques, comme la tradition le veut depuis 1848.

  1. Le bilinguisme. Son Excellence Monsieur est activement engagé dans la promotion de l’éducation bilingue au secondaire et à l’université grâce à son implication dans French for the Future / Le Français pour l’avenir, un organisme dont il est le fondateur et le président d’honneur (www.french-future.org), et à ses échanges avec des élèves et à l’occasion de nombreuses réunions avec des représentants de conseils scolaires, des dirigeants d’universités, des professeurs et des experts de l’enseignement du français langue seconde.
  2. L’histoire du Canada et comment mieux comprendre le Canada. Convaincu que les Canadiens doivent comprendre leur passé pour être en mesure d’apprécier leurs valeurs communes et leurs institutions, Son Excellence consacre une grande partie de son temps à parler à des élèves du secondaire, à donner des conférences, à faire des discours devant des associations et à prendre la parole lors de conférences réputées telles que la conférence commémorative John W. Holmes au collège Glendon et la conférence Joseph Howe au collège universitaire King. Ses initiatives notables dans ce domaine au cours de l’année écoulée ont été, entre autres, l’exposition Lord et lady Elgin au Canada : Culture et démocratie et la conférence annuelle LaFontaine-Baldwin, à laquelle des hommes et des femmes réputées sont invités à proposer une réflexion sur l’expérience démocratique canadienne (www.lafontaine-baldwin.com).
  3. Le bénévolat. Dans presque tous ses grands discours, Son Excellence Monsieur souligne l’importance de donner de son temps et de son énergie pour le bien commun.
  4. La liberté de parole. En tant que président honoraire de PEN Canada, Son Excellence Monsieur a joué un rôle important dans l’organisation d’une conférence internationale sur la mise en place d’un réseau canadien pour les écrivains en exil.
  5. Les Canadiens handicapés. À diverses occasions, notamment lors d’activités organisées par PLAN (Planned Lifetime Advocacy Network) et par la Société Alzheimer du Canada, Son Excellence en a profité pour souligner la contribution que peuvent apporter des citoyens ayant une déficience, mentale ou physique.
  6. L’éducation publique. Chaque fois qu’il le peut, Son Excellence Monsieur visite des écoles publiques pour y rencontrer le personnel et pour parler aux élèves. Autant que possible, que ce soit en écrivant des textes en collaboration spéciale dans les journaux ou en donnant des conférences publiques ou des entrevues aux médias, Son Excellence se fait l’ardent défenseur du système d’enseignement public du Canada qu’il considère l’élément critique sur lequel repose notre société ouverte, inclusive et égalitaire.
  7. La remise à jour du rôle traditionnel du conjoint vice-royal à l’égard des militaires. À partir du milieu du 19e siècle, les conjoints de gouverneurs généraux se sont intéressés activement aux militaires du Canada. Au cours de l’année écoulée, Son Excellence Monsieur a poursuivi son travail auprès de nos forces armées en parlant aux cadets et au personnel au Collège militaire royal à Kingston, où sont formés les officiers des Forces armées canadiennes, et en prenant la parole devant le public au Monument commémoratif de guerre du Canada à l’occaison de l’ouverture du Centre Juno Beach en Normandie. Durant la visite de Leurs Excellences aux Forces canadiennes à Kaboul (Afghanistan), Son Excellence Monsieur a accompagné les troupes lors d’une patrouille.
  8. Discours à l’étranger au nom du Canada. En tant que conjoint vice-royal, Son Excellence Monsieur est souvent invité par divers pays et par des ambassades du Canada pour prononcer des discours devant des auditoires étrangers, comme cela a été le cas en 2003-2004 à Mexico et à Berlin, ainsi qu’à diverses occasions durant la visite d’État circumpolaire.

Visites dans des collectivités canadiennes

Les visites dans les collectivités canadiennes sont fondées sur divers thèmes conformes aux intérêts de Leurs Excellences et donnent l’occasion à la gouverneure générale de rencontrer les Canadiennes et les Canadiens dans les collectivités partout au pays – souvent des collectivités qu’aucun gouverneur général n’a visitées auparavant. Un programme d’événements diversifiés a été créé pour ces visites, souvent en réponse à quelque 1 500 invitations de municipalités, d’écoles, d’organismes sans but lucratif et d’individus.

En 2003-2004, Leurs Excellences ont visité 38 collectivités partout au Canada. Durant ces visites, la gouverneure générale a participé à une variété d’activités, allant d’activités publiques à grande échelle telles que les cérémonies de citoyenneté à des visites d’écoles, à des projets communautaires innovateurs et à des tables rondes portant sur de questions sociales et économiques importantes pour les collectivités visitées.

Reconnaissant l’importance de la durabilité urbaine au Canada, Leurs Excellences ont principalement visité de grandes collectivités urbaines partout au pays en 2003-2004. L’objectif principal de leurs visites, dont trois ont eu lieu cette année, était d’inciter les Canadiennes et les Canadiens vivant dans des centres urbains de participer à des tables rondes sur le thème de « La cité idéale » – un endroit où il fait bon vivre, ce qui incite les gens à y vivre et comment les citoyens peuvent faire face aux défis urbains tels que le logement, la diversité et l’éducation publique. La partie suivante résume les trois principales visites de Leurs Excellences à des collectivités urbaines en 2003-2004 :

  • Québec (Québec) – La visite de Leurs Excellences en septembree2003 a mis en évidence l’approche innovatrice de la ville de Québec à l’égard du renouvellement urbain par le biais des arts. Cette visite a également rapproché les gens pour discuter du tissu social changeant de la ville et de ses projets de croissance.
  • Saint John (Nouveau-Brunswick) – La visite de Leurs Excellences à Saint John en décembre 2003 a servi de catalyseur aux discussions portant sur la croissance de la ville et son avenir. Plusieurs des groupes qui se sont rassemblés pour les discussions ont convenu par la suite de se rencontrer sur une base régulière pour discuter de questions plus vastes.

    « En recueillant des impressions d’un océan à l’autre, le travail de Mme Clarkson a une grande valeur pour les Canadiennes et les Canadiens. Elle ne fait pas que passer pour quelques heures durant ses visites « officielles ». Elle consacre de son temps aux collectivités et fait des liens à petite échelle à mesure qu’elle comprend mieux pourquoi les gens vivent là où ils sont et ce qui les retient là. Et grâce à ces visites, elle veut s’assurer que les gens se sentent inclus dans le Canada. »
    [traduction libre] 12 décembre 2003, Telegraph Journal du Nouveau-Brunswick.
  • Saskatoon (Saskatchewan) – Le thème de cette visite, en janvier 2004, portait sur les relations Autochtones/non Autochtones, incluant la collaboration exemplaire entre divers groupes communautaires comme la première réserve urbaine du Canada. Et comme la moitié de la population autochtone de Saskatoon a moins de 20 ans, on a également discuté des problèmes concernant les jeunes.

    « Toutefois, le rôle le plus valable de la contribution est probablement de permettre aux Canadiennes et aux Canadiens de se refléter eux-mêmes. La seule présence de la gouverneure générale dans une collectivité porte les gens à se voir sous un angle différent.

    La gouverneure générale a une occasion unique de rapprocher les gens dans des forums qui, autrement, seraient impossible à organiser. Ceci produit une sorte de tension créatrice qui peut provoquer des débats fascinants.

    La visite de la gouverneure générale nous rappelle que la voie d’avenir doit se concrétiser dans un effort collectif. Aucun segment de la population ne peut être mis de côté si Saskatoon veut préparer le genre d’avenir qui non seulement permettra de maintenir notre population actuelle mais aussi d’attirer de nouveaux résidents. »
    [traduction libre] 29 janvier 2004, Star Phoenix de Saskatoon

Activités sur invitation tenues dans les résidences officielles

Le programme de la gouverneure générale inclut la tenue d’une grande variété d’activités sur invitation dans les résidences officielles, soit Rideau Hall à Ottawa et la Citadelle à Québec. Ces activités sont reliées non seulement aux rôles et aux responsabilités au niveau cérémonial, de chef d’État, traditionnel et constitutionnel de la gouverneure générale mais ces activités sont également reliées au Programme de distinctions honorifiques canadien.

En plus des événements énumérés ci-dessous, d’autres ont été inclus au programme pour un éventail d’organismes et de causes comme la Société royale du Canada, les pages et les internes du Parlement, l’inspection annuelle de la Garde de cérémonie, le programme pour les jeunes du Nunavut à l’étranger; le lancement de la Campagne du coquelicot, de la Campagne de la jonquille, et une activité conjointe avec PEN Canada et PEN Québec.

Ces activités requièrent une planification et une organisation exhaustives afin d’assurer que les aspects cérémoniaux soient significatifs. En 2003-2004, près de 8 700 personnes ont participé aux 87 activités sur invitation tenues à Rideau Hall et plus de 1 200 personnes ont participé aux 13 activités tenues à la Citadelle.

Que ce soit à l’occasion d’un déjeuner pour un groupe d’enseignants du secondaire, de la visite d’élèves inuits, d’une activité de patinage extérieur, d’un pique-nique estival ou d’un dîner officiel formel, l’accueil dispensé aux résidences officielles de la gouverneure générale reflète l’excellente qualité des produits canadiens, d’un océan à l’autre. Offrir l’hospitalité est une façon traditionnelle de recevoir des invités et une part importante du rôle de la gouverneure générale et Commandante en chef des Forces canadiennes. Les créations culinaires aux résidences officielles sont cuisinées expressément avec des ingrédients canadiens qui sont frais, saisonniers et organiques. On ne sert que des vins canadiens lors des activités officielles – vins provenant des deux principales régions productrices – la région de Niagara, en Ontario, et la région d’Okanagan, en Colombie-Britannique. Le BSGG s’est engagé à faire connaître l’excellence de la nourriture et des vins canadiens à Rideau Hall, à la Citadelle et lors d’activités partout au pays et à l’étranger.

La partie suivante résume ces activités ainsi que les faits saillants de 2003-2004 :

  • Cérémonies d’assermentation et réceptions, incluant celles tenues pour le Premier ministre, les membres du Cabinet et les conseillers privés. Le 12 décembre 2003, près de 500 personnes ont assisté à la cérémonie d’assermentation du Premier ministre du Canada, le très honorable Paul Martin, ainsi que les 34 membres du 27e ministère et à la cérémonie au cours de laquelle les secrétaires parlementaires ont, pour la première fois, été assermentés à titre de conseillers privés. Près de 400 personnes ont participé à la réception de la gouverneure générale organisée le 2 février 2004, parallèlement à l’ouverture de la 3e Session de la 37e Législature.
  • Réceptions pour les nouveaux chefs de mission arrivant et partant. Ces réceptions font partie de la diplomatie internationale et permettent aux chefs de mission de présenter individuellement leurs lettres de créances ou de commission à la gouverneure générale ou lui permettent de rencontrer personnellement ceux qui partent en poste. Au cours de 2003-2004, on a organisé 10 réceptions pour de nouveaux chefs de missions auxquelles ont participé environ 300 personnes.
  • Dîners officiels pour les chefs d’État en visite. Agir à titre hôte de dîners d’État fait partie des activités normales et attendues de la diplomatie internationale. Ces dîners donnent l’occasion de renforcer les relations bilatérales, de promouvoir les objectifs de la politique étrangère du Canada et de montrer ce que le Canada a de mieux à offrir. En novembre 2003, la gouverneure générale a été l’hôte d’un dîner en l’honneur de Son Excellence Thabo Mbeki, Président de la République d’Afrique du Sud, une activité à laquelle ont participé plus de 100 personnes. Elle a également été l’hôte d’un dîner auquel on participé plus de 300 personnes, en l’honneur de Son Excellence Kofi Annan, Secrétaire-général des Nations Unies, au Musée canadien des civilisations, lors de sa visite officielle au Canada en mars 2004.
  • Visites de courtoisie. En plus d’accueillir les chefs d’État en visite officielle au Canada, la gouverneure générale reçoit aussi des leaders, anciens leaders et autres dignitaires étrangers élus et non élus. En 2003-2004, la gouverneure générale a accueilli huit dignitaires et délégations, dont l’honorable Neil Andrew, le Président de la Chambre des communes de l’Australie; Son Excellence Nursultan A. Nazarbyev, Président du Kazakhstan; Son Excellence Sergio Bitar, Ministre de l’Éducation du Chili; Son Excellence Wen Jiaboa, Premier de la République populaire de Chine, et le très honorable Valerij Zorkin, Juge en chef de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie.
  • Réceptions liées au rôle de la gouverneure générale à titre de Commandante en chef des Forces armées du Canada. Dans son rôle de Commandante en chef, la gouverneure générale est l’hôte de diverses activités et réceptions pour le personnel des Forces canadiennes, les anciens combattants et leur famille. En 2003-2004, la gouverneure générale a été l’hôte d’une réception pour plus de 350 membres des Forces canadiennes et du personnel connexe dans le cadre de l’inspection annuelle de la Garde de cérémonie. Elle a accueilli plus de 100 militaires et leur famille lors de deux cérémonies de remise de l’Ordre du mérite militaire, de même que 20 membres des Forces canadiennes et leur famille lors de la présentation de Décorations pour service méritoire. Dans chaque cas, la cérémonie a été suivie d’une réception et d’un goûter. Lors du jour du Souvenir, elle a été l’hôte d’une réception en l’honneur des mères de la Croix d’argent à laquelle ont participé plus de 60 anciens combattants, des membres de la Légion royale canadienne et les jeunes récipiendaires du concours national d’affiche et de poésie du jour du Souvenir. En février 2004, la gouverneure générale a rencontré les membres du Conseil des Forces armées lors de leur réunion annuelle; à cette occasion, elle a présenté des commissions d’officiers à 12 nouveaux officiers généraux et a offert une réception pour eux et leur conjoint.
  • Cérémonies de remise de Distinctions honorifiques et réceptions connexes, incluant celles de l’Ordre du Canada, des Décorations pour acte de bravoure, des Décorations pour service méritoire, du Prix du gouverneur général pour l’entraide, de l’Ordre du mérite militaire et de l’Ordre du mérite des corps policiers. En 2003-2004, la gouverneure générale a été l’hôte de neuf cérémonies de remise de Distinctions honorifiques et de réceptions connexes, auxquelles ont participé plus de 2 300 récipiendaires de reconnaissances, provenant de toutes les régions du Canada, et leurs invités. La gouverneure générale reçoit un nombre considérable de commentaires spontanés de la part de ces récipiendaires qui expriment une gratitude et une fierté immenses, non seulement parce qu’ils sont reconnus pour leurs réalisations remarquables mais aussi pour la dignité qui imprègne le déroulement de ces cérémonies et réceptions. Par exemple, un récipiendaire de l’Ordre du Canada honoré lors de la cérémonie du 9 mai 2003, a fait le commentaire suivant :

    « J’ai senti, tout comme mon épouse et mes enfants, que ceci était une expérience typiquement « canadienne », tant au niveau de la merveilleuse variété que constituait le groupe de récipiendaires qu’au niveau de la façon dont l’activité s’est déroulée. Dans ce contexte, quand je dis « canadienne », je me réfère à la merveilleuse combinaison de dignité cérémoniale et de modestie essentielle – une expérience unique à une époque ou tout est axé sur la performance et les excès de publicité ». [traduction libre]
  • Cérémonies et réceptions reliées aux reconnaissances associées à la Gouverneure générale, par exemple, le Prix du gouverneur général pour les arts de la scène, le Prix littéraire du gouverneur général, le Prix du gouverneure générale en arts visuels et en arts médiatiques, le Prix Michener, etc. Ces reconnaissances permettent à la Gouverneure générale, au nom du Canada, de reconnaître et d’honorer l’excellence canadienne et d’accroître la sensibilisation à l’égard de la richesse des talents et des traditions du Canada dans ces domaines. En 2003-2004, la gouverneure générale a été l’hôte de neuf cérémonies de reconnaissances de cette nature auxquelles ont participé plus de 1 100 récipiendaires et leurs invités.

Activités publiques tenues dans les résidences officielles

Rideau Hall, à Ottawa, et la résidence officielle de la gouverneure générale à la Citadelle de Québec, sont en quelque sorte les demeures de la nation. Les deux résidences possèdent une longue tradition qui les identifie à des lieux de rassemblement et, au cours des années, elles sont devenues de plus en plus ouvertes et accessibles aux Canadiennes et aux Canadiens. Dans cet esprit, une grande variété d’activités publiques y sont organisées annuellement pour accueillir les Canadiennes et les Canadiens et pour célébrer et renforcer les valeurs canadiennes. Puisque la gouverneure générale joue un rôle très actif en étant l’hôte de ces activités, celles-ci lui fournissent une occasion d’avoir des échanges informels avec ceux et celles qui y participent.

Les sections qui suivent résument les principales activités publiques qui y sont organisées, ainsi que les faits saillants en 2003-2004:

  • Lever de la gouverneure – Le Lever du gouverneur général est une activité qui existe au Canada depuis les années 1600 et est une tradition vice-royale à Rideau Hall ou à la Citadelle depuis 1869. Un millier de personnes ont participé au Lever en 2003, lequel a eu lieu à la mi-décembre plutôt qu’au Nouvel An afin que Leurs Excellences puissent visiter le personnel des Forces armées canadiennes en Afghanistan au cours de la période des Fêtes. Les personnes qui ont participé au Lever ont eu l’occasion de préparer des messages écrits ou vidéos que la gouverneure générale et John Ralston Saul ont apporté avec eux pour les remettre aux troupes.
  • Célébration estivale en plein air – C’est depuis l’époque de lord Lisgar (1868 1872) que l’on organise des fêtes estivales en plein air à Rideau Hall. En 2003, Rideau Hall a apporté plusieurs changements à la traditionnelle fête en plein air pour la rendre plus informelle et plus conforme aux célébrations estivales traditionnelles, notamment en la combinant à une cérémonie de la citoyenneté présidée par la gouverneure générale et au lancement de la série de concerts d’été de la gouverneure générale, qui mettait en vedette les célèbres artistes canadiens Chantal Kreviazuk et Jeff Healey. Cette activité, rebaptisée « Fête champêtre de la Gouverneure générale », donne aux visiteurs l’occasion de rencontrer Leurs Excellences, de visiter la résidence et les jardins et de profiter d’un après-midi où ils ont droit à des rafraîchissements, peuvent jouer à des jeux traditionnels, écouter de la musique et participer à des activités pour tous les âges. Environ 11 000 personnes ont participé à cette activité tenue le 28 juin 2003.
  • Série de concerts d’été de la gouverneure générale – En plus du concert de la Fête champêtre, une autre série de concerts gratuits en plein air est offerte dans les parterres de Rideau Hall tout au long de l’été. Cette série représente pour la gouverneure générale une autre façon d’accueillir les Canadiennes et les Canadiens dans leur demeure nationale. Au cours de l’année, près de 6 000 amateurs de musique ont assisté aux trois concerts très différents l’un de l’autre, répondant à une grande variété de goûts et d’intérêts, mettant en évidence, chacun à sa façon, le talent et l’excellence du Canada. La Musique de la Garde de cérémonie a présenté de la musique militaire entraînante, le groupe Sonic Weave a rendu hommage au folklore canadien et à la musique du monde et l’Orchestre du Centre national des Arts a présenté un concert familial de musique classique légère.
  • Célébration hivernale – En 2002, dans le cadre des célébrations entourant le 50e anniversaire des gouverneurs généraux canadiens, Rideau Hall a été l’hôte de la première Célébration hivernale. Cette activité offre l’occasion de célébrer les traditions hivernales canadiennes à la résidence du Canada. Les activités typiques incluent le patinage, des tours de carriole, la raquette, des jeux traditionnels inuits, des jeux extérieurs pour les enfants, le tout étant rendu possible grâce à la participation de nombreux groupes de citoyens et bénévoles tels que Pathfinders et le programme de formation Nunavut Sivuniksavut. En plus de profiter des activités hivernales en plein air, tous les participants sont invités à faire la visite guidée de Rideau Hall. Cette activité est une autre façon de faire connaître le BSGG et de renforcer son engagement constant à rendre la résidence et son domaine plus accessibles aux Canadiens. Environ 4 000 personnes ont participé à la Célébration hivernale tenue en février 2004.
  • Journée portes ouvertes à la Citadelle – Au cours des 15 dernières années, des journées portes ouvertes ont été organisées à la Résidence officielle du Gouverneur général à la Citadelle de Québec. Cette activité donne l’occasion aux participants de rencontrer la gouverneure générale, de visiter ce site historique national, de profiter d’un après-midi agrémenté de musique et d’activités pour la famille en compagnie de gens de tout âge. En 2003-2004, environ 2 000 personnes y ont participé.

Programme de services aux visiteurs

Le BSGG offre depuis plusieurs années des programmes de services aux visiteurs à Rideau Hall et, en 2003, a entrepris, pour la première fois, un projet pilote de visites guidées régulières à la Citadelle, à Québec, dans le but d’établir par la suite un programme annuel. L’objectif de ce programme de services aux visiteurs est de faire connaître les rôles et les responsabilités de la gouverneure générale et l’histoire de la démocratie canadienne.

Reconnaissant que les résidences appartiennent à tous les Canadiens, les visiteurs, qu’ils arrivent seuls, avec des groupes scolaires ou autres, sont invités à découvrir Rideau Hall et la Citadelle par le biais de visites guidées et autonomes, d’expositions spéciales et d’autres activités d’interprétation offertes sans frais sur une base permanente tout au long de l’année.

Le programme global d’interprétation met l’accent sur les thèmes reliés à l’identité, à l’histoire, à la culture et aux valeurs canadiennes. La visite de Rideau Hall est une fenêtre ouverte tant sur l’histoire canadienne que sur le BSGG. Il est de loin le volet le plus populaire du programme de services aux visiteurs, et ce, auprès de tous les publics. Depuis 1999, les groupes et les individus ont pu profiter de visites horticoles et artistiques spéciales. De plus, n offre aux familles qui visitent le site durant l’été un programme diversifié d’activités thématiques pour compléter l’expérience du Centre des visiteurs.

Depuis plusieurs années, on accueille environ 200 000 visiteurs à Rideau Hall et à la Citadelle chaque année. Rideau Hall fait dorénavant partie des 10 principales attractions de la région de la capitale nationale et, en 2003, se classait au troisième rang pour les visites de groupes. En fait, les enseignants considèrent que la visite de Rideau Hall est la plus importante, surtout parce qu’elle est liée à leur programme scolaire. Une trousse pédagogique est disponible pour les enseignants qui veulent préparer leurs élèves avant la visite.

Les commentaires des visiteurs de Rideau Hall, incluant la correspondance spontanée des visiteurs, indiquent que ces visites sont très instructives et très agréables. Les sondages auprès des visiteurs indiquent que 82 p. cent des visiteurs repartent avec une meilleure compréhension de notre pays.

Visites à Rideau Hall par catégorie de programme en 2003-2004

Visites guidées
Programme d’interprétation
Activités spéciales
Centre des visiteurs
71 000
12 000
32 000
42 000


[haut de la page]

Honorer les Canadiennes et les Canadiens et reconnaître l’excellence

Chaque année, la gouverneure générale présente des distinctions honorifiques et des reconnaissances au nom des Canadiennes et des Canadiens pour reconnaître la contribution des personnes qui ont fait preuve d’excellence, de courage ou d’un dévouement exceptionnel et qui ont fait honneur à notre pays.

Pour sélectionner les personnes qui seront honorées par la gouverneure générale, le BSGG administre le Système national de distinctions honorifiques, par le biais de la Chancellerie des distinctions honorifiques canadiennes. Son personnel effectue des recherches et des analyses globales au sujet des candidatures reçues; fournit des services de secrétariat aux divers Conseils consultatifs; assure la communication tant auprès du public que des récipiendaires; gère la conception, l’approbation et la production des diverses insignes, médailles et épinglettes des distinctions honorifiques; et maintient le registre des récipiendaires.

En 1980, le Premier ministre a formé le Comité sur la politique en matière de distinctions honorifiques pour aider à élaborer la politique régissant le Système de distinctions honorifiques. Le but de ce comité est de conseiller le Premier ministre dans l’exercice de ses fonctions liées aux distinctions honorifiques et aux reconnaissances, et de l’aider dans l’exercice de cette responsabilité ministérielle. Tous les membres du Comité sur la politique en matière de distinctions honorifiques sont des fonctionnaires. Le Comité est formé d’administrateurs généraux du Patrimoine canadien, des Affaires étrangères, de la Défense nationale, des Affaires des anciens combattants, de Citoyenneté et Immigration, du Secrétariat du Conseil du Trésor, de Sécurité publique et Protection civile Canada ainsi que du BSGG. Il est présidé par le Bureau du Conseil privé.

La présentation des insignes de l’Ordre du Canada, de l’Ordre du mérite militaire, de l’Ordre du mérite des corps policiers, des Décorations pour acte de bravoure et des Décorations pour service méritoire a lieu au cours d’une cérémonie de remise durant laquelle les récipiendaires reçoivent leur insigne de la gouverneure générale. Un dîner et/ou une réception pour les récipiendaires et les invités suit la cérémonie.

Une activité similaire a lieu à Rideau Hall et/ou à la Citadelle de Québec pour la présentation du Prix du gouverneur général pour l’entraide, créé par l’ancien gouverneur général, le très honorable Roméo LeBlanc.

Au cours de 2003-2004, près de 3 000 personnes, incluant les récipiendaires et leurs invités, ont participé à l’une ou l’autre de ces cérémonies à Rideau Hall. En outre, plus de 8 500 personnes ont été honorées grâce à l’un ou l’autre des programmes de distinctions honorifiques, administrés par la Chancellerie, comme les médailles de service exemplaire. En plus de ces reconnaissances, plus de 3 000 étudiants exceptionnels des niveaux secondaire, collégial et universitaire ont reçu la Médaille académique du gouverneur général.

Ordre du Canada

L’Ordre du Canada est la plus haute distinction canadienne pour les réalisations de toute une vie. Il a été créé en 1967 et, depuis ce temps, plus de 4 000 Canadiennes et Canadiens en ont été investis pour leur contribution à faire du Canada une patrie meilleure. Il y a trois grades qui sont décernés pour honorer les personnes dont les réalisations varient en ampleur et en portée : Membre, Officier et Compagnon. On peut consulter la liste compète de toutes les personnes qui ont reçu l’Ordre depuis 1967 à l’adresse http://www.gg.ca/honours/search-recherche/index_f.asp?TypeID=orc.

La gouverneure générale, à titre de Chancelière de l’Ordre, nomme les personnes qui reçoivent l’Ordre du Canada selon les recommandations d’un Conseil consultatif non partisan qui examine les candidatures reçues. Ce conseil consultatif, présidé par le juge en chef du Canada, comprend le greffier du Conseil privé, le sous-ministre du ministère du Patrimoine canadien, le président du Conseil des arts du Canada, le président de la Société royale du Canada, le président de l’Association des universités et collèges du Canada et cinq membres de l’Ordre qui assurent une représentation régionale. Les cérémonies de remise de l’Ordre du Canada sont tenues quatre fois par année.

Le tableau de la Figure 3 résume les nominations à l’Ordre du Canada en 2003-2004.

Figure 3 – Reconnaissances de l’Ordre du Canada

Année Candidatures considérées Total accordé Pourcentage
accordé
Grades de la reconnaissance
Compagnon Officier Membre
2003-04 838 213 25% 14 64 135

Décorations pour actes de bravoure

Les Décorations pour actes de bravoure reconnaissent les personnes qui ont risqué leur vie pour sauver ou protéger d’autres personnes. Trois niveaux — La Croix de la vaillance, l’Étoile du courage et la Médaille de la bravoure — reflètent les divers risques auxquels la personne s’est exposée dans tout acte de bravoure.

Les Décorations pour actes de bravoure ont été créées en 1972. Au cours des 32 années qui se sont écoulées depuis, plus de 2 500 personnes ont reçu des Décorations pour actes de bravoure. La gouverneure générale présente personnellement les décorations lors de cérémonies tenues à Rideau Hall ou à la Citadelle.

Dans les cas où le Comité consultatif n’estime pas qu’il faut décerner une Médaille pour actes de bravoure mais juge que l’acte de cette personne devrait être reconnu, on accorde un Certificat de mention élogieuse pour acte de bravoure. La Figure 5 résume les nominations pour les Décorations pour actes de bravoure, incluant les Certificats de mention élogieuse, au cours des deux derniers exercices financiers. Les cérémonies de remise des Médailles de la bravoure sont tenues deux fois par année.

Figure 5 - Décorations pour actes de bravoure

Année Candidatures considérées Total accordé
Pourcentage accordé Grades de la reconnaissance
Étoile du courage Médaille de la bravoure Certificat de mention élogieuse
2003-04 277 218 78 1 47 170

Décorations pour service méritoire

Alors que l’Ordre du Canada reconnaît les citoyennes et les citoyens canadiens pour leur contribution de toute une vie, les Décorations pour service méritoire célèbrent tant les Canadiennes et les Canadiens que les citoyens d’ailleurs et honorent une réalisation ou une activité unique durant une période de temps donnée. Les Décorations pour service méritoire sont réparties en deux divisions, civile et militaire, avec deux niveaux dans chaque catégorie : une Croix et une Médaille. La division militaire s'adresse aux personnes ayant fait preuve d'un professionnalisme remarquable ou ayant fait honneur aux Forces canadiennes. La division civile concerne les contributions à un domaine spécifique, allant des sports aux relations diplomatiques en passant par les activités humanitaires.

Des comités consultatifs distincts examinent les candidatures civiles et militaires et soumettent des recommandations pour l’approbation de candidats potentiels par la gouverneure générale. Le tableau de la Figure 4 résume les Décorations pour service méritoire accordées au cours du présent exercice financier.

Figure 4 –Décorations pour service méritoire

Année Candidatures considérées Total accordé Pourcentage
accordé
Divisions
Militaire Civile
2003-04 114 38 33 8 30

Prix du gouverneur général pour l’entraide

Le Prix du gouverneur général pour l’entraide reconnaît le bénévolat désintéressé.

En avril 1996, le gouverneur général du Canada de l’époque, le très honorable Roméo LeBlanc, a créé le Prix pour l’entraide afin de reconnaître ces bénévoles spéciaux – les héros méconnus de notre pays. Ce prix honore les Canadiennes et les Canadiens pour des contributions bénévoles et non rétribuées, le plus souvent à l’arrière-scène, au niveau communautaire. Il peut s'agir de soins dispensés à une personne, de services rendus à un groupe ou du dévouement à une cause communautaire ou humanitaire. Les bénéficiaires ont habituellement servi pendant un certain nombre d'années et, règle générale, n'ont pas reçu auparavant aucun prix ou distinction honorifique fédérale ou provinciale.

Le Prix du gouverneur général pour l'entraide consiste en un certificat et une épinglette qui sont remis aux récipiendaires par la gouverneure générale lorsqu'elle voyage, ou par un représentant désigné, par exemple le lieutenant-gouverneur de la province ou le commissaire du territoire.

Un comité consultatif examine les dossiers des candidats et candidates, puis soumet des recommandations à la Gouverneure générale pour l’approbation des candidats potentiels. Des 183 candidatures reçues pour ce prix en 2003/2004, 122 (ou 67 p.cent) Prix du gouverneur général pour l’entraide ont été accordés.

Médaille académique du gouverneur général

Depuis plus de 125 ans, les médailles académiques honorent des élèves et des étudiants au Canada dont les succès scolaires ont été exceptionnels. Elles sont remises aux diplômés qui ont obtenu la meilleure note moyenne de leur institution. Lord Dufferin, troisième gouverneur général du Canada après la Confédération, a créé la Médaille académique en 1873 pour promouvoir l'excellence en milieu scolaire à travers le pays. Au cours des années, elle est devenue la reconnaissance la plus prestigieuse que puisse recevoir un élève ou un étudiant fréquentant une école secondaire, un collège ou une université.

Aujourd'hui, la Médaille académique du gouverneur général est octroyée à quatre niveaux différents : le bronze aux diplômés du secondaire, le bronze collégial aux diplômés du collégial, l'argent aux diplômés du premier cycle universitaire et l'or aux diplômés des deuxième et troisième cycles.

Les Médailles sont remises au nom de la gouverneure générale par les établissements d’enseignement participants et sont accompagnées d’un certificat personnalisé signé par la gouverneure générale. Il n’y a pas de reconnaissance monétaire liée à la Médaille. Le tableau de la Figure 6 résume la répartition par province de cette médaille en 2003-2004.

Figure 6 – 2003-2004 Distribution des Médailles académiques du gouverneur général

Province Or Argent Bronze collégial
Bronze Total
Alberta 6 9 14 327 354
Colombie-Britannique 9 14 20 297 340
Manitoba 3 4 3 197 207
Nouveau-Brunswick 3 4 10 73 90
Terre-Neuve 1 1 17 133 152
Territoires du Nord-Ouest 0 0 1 14 15
Nouvelle-Écosse 7 10 17 91 125
Nunavut 0 0 0 22 22
Ontario 26 31 26 862 945
Île-du-Prince-Édouard 1 1 2 13 17
Québec 23 19 91 491 624
Saskatchewan 2 2 6 301 311
Yukon 0 0 0 11 11
Total 2003-04 81 95 207 2 832 3 215

Autres programmes de distinctions honorifiques

En plus des cinq programmes de distinctions honorifiques décrits ci-dessus, il existe d’autres programmes de distinctions honorifiques par lesquels la gouverneure générale rend hommage à des Canadiennes et des Canadiens. Il s’agit de :

  • l’Ordre du mérite militaire – Cet Ordre, créé en 1972, souligne la carrière exceptionnelle ou le mérite particulier de femmes et d'hommes des Forces régulières et de la Réserve des Forces canadiennes. En 2003-2004, 89 militaires canadiens ont reçu cette distinction;
  • l’Ordre du mérite des corps policiers – Cet Ordre, créé en 2000, souligne la carrière exceptionnelle ou le mérite particulier de femmes et d'hommes des corps policiers canadiens. En 2003-2004, 38 membres des corps policiers du Canada ont reçu cette distinction.

Le Programme de reconnaissances comprend d’autres médailles. Le tableau de la Figure 7 décrit les autres médailles du Programme de reconnaissances accordées en 2003-2004:

Figure 7 – Autres reconnaissances

Reconnaissance Nombre de personnes à qui on a accordé cette reconnaissance
Médailles pour services distingués : Police; Milieu correctionnel; Pompiers; Garde côtière canadienne; Services d’urgence médicale 4 765
Médaille canadienne de service volontaire pour la Corée 65
Citation à l’ordre du jour 5
Certificat de mention élogieuse pour service exceptionnel (pompiers de la Colombie-Britannique) 2
Reconnaissances de pays étrangers à des Canadiennes et à des CanadiensReconnaissances de pays étrangers à des Canadiennes et à des Canadiens 173
Médaille d’adresse au tir du gouverneur général 23
Mentions élogieuses à l’Unité du Commandant en chef 1

Reconnaissances liées au Bureau du secrétaire du gouverneur général

Au fil des ans, plusieurs reconnaissances accordées au nom du gouverneur général ont été créées.

Celles-ci comprennent entre autres le Prix littéraire du gouverneur général, le Prix du gouverneur général pour les arts de la scène, le Prix du gouverneur général en arts visuels et médiatiques, le Prix d’excellence en enseignement de l’histoire canadienne du gouverneur général et le Prix en commémoration de l’affaire « personne » du gouverneur général.

Ces reconnaissances permettent à la gouverneure générale de reconnaître et d’honorer, au nom du Canada, l’excellence canadienne et de promouvoir la richesse des talents et des traditions du Canada dans ces domaines. En 2003-2004 la gouverneure générale a été l’hôte de neuf cérémonies de reconnaissances de cette nature auxquelles ont participé plus de 1 100 récipiendaires et leurs invités.

Bien qu’elles soient présentées par la gouverneure générale, la plupart du temps lors d’une cérémonie tenues à Rideau Hall, la responsabilité d’administrer et de superviser ces reconnaissances appartient à de tierces parties, comme des fondations indépendantes créées expressément à ces fins, des organisations privées ou gouvernementales, dont le Conseil des arts du Canada et Condition féminine Canada.

Héraldique

L’héraldique est une célébration symbolique de la perception que les gens ont d’eux-mêmes, individuellement et en groupe. C’est une forme d’hommage imagé dans lequel chaque symbole a une signification. Aujourd’hui, au Canada, les armoiries, les drapeaux, les insignes et les autres symboles héraldiques sont l’expression du pouvoir, de la propriété et de l’identité – des symboles puissants de notre histoire, de notre géographie, de notre caractère et de nos riches aspirations.

L’évolution et l’expansion rapides de l’héraldique au Canada ont débuté le 4 juin 1988 lorsque le gouverneur général est devenu chef de l’Autorité héraldique du Canada, et a commencé à exercer les prérogatives de la Reine pour créer ces symboles.

L’héraldique fournit un moyen d’exprimer la diversité de l’expérience canadienne. Plusieurs des symboles héraldiques s’inspirent des riches traditions des Premières nations, d’événement historiques, de notre flore, de notre faune, de nos paysages et de notre géographie. Un nouveau vocabulaire symbolique national est en train de naître, dans lequel les Canadiennes et les Canadiens voient leurs traditions et croyances reflétées dans des combinaisons distinctes de couleurs et d’éléments. Les armoiries et le drapeau du Nunavut, notre territoire le plus récent, sont des exemples frappants des réalisations héraldiques au Canada.

Les responsabilités héraldiques du gouverneur général sont administrées par des officiers d’armes canadiens nommés par commission sous le Sceau privé du gouverneur général. Ce sont le Chancelier d'armes, dont les fonctions sont assumées par le Secrétaire du gouverneur général; le Vice-chancelier d'armes, poste occupé par le Sous-secrétaire, chef de la Chancellerie des distinctions honorifiques; et le Héraut d'armes du Canada, directeur de l'Héraldique et spécialiste reconnu du domaine. Ces derniers sont dans l'exercice de leurs fonctions par le Héraut Saint-Laurent, garde de l'Armorial et garde du sceau de l'Autorité, le Héraut Saguenay, garde de l'armorial adjoint, et le Héraut Fraser, artiste principal de l'Autorité.

Les tâches principales de l'Autorité consistent à concéder de nouveaux emblèmes héraldiques et des armoiries, drapeaux et insignes existants, de même que des symboles autochtones; à enregistrer les armoiries, drapeaux et insignes ayant fait l'objet d'une concession officielle; à approuver les insignes, drapeaux et autres symboles militaires des Forces canadiennes; à enregistrer les renseignements généalogiques dans le but d'assurer la transmission des armoiries aux descendants; à fournir de l'information sur les usages héraldiques et leurs normes, sur les artistes héraldistes spécialisés dans différents domaines; et à préparer des cérémonies nationales et régionales de remise d'armoiries.

En 2003-2004, dans le cadre de ses responsabilités constitutionnelles concernant les hommages héraldiques, la gouverneure générale a accordé 80 concessions et enregistrements civiles, composés de 188 éléments distincts, plus six insignes militaires pour les unités des Forces canadiennes. Parmi ces concessions, on compte celles accordées à la Nova Scotia International Tattoo Society, à Saint Philémon au Québec, au Knox College de Toronto, à la ville de Hamilton, à la ville de Fernie en Colombie-Britannique, à l’Académie canadienne de la Défense, à la Fondation Asper de Winnipeg et à la ville de Lacombe en Alberta. Il y a eu 16 présentations formelles des nouvelles concessions, dont deux présentées par la gouverneure générale, la plupart faites au cours de grandes cérémonies publiques.

Anniversaires, messages spéciaux et correspondance

Poursuivant une longue tradition, le BSGG rédige et envoie des messages de félicitations de la part de la gouverneure générale aux Canadiennes et aux Canadiens à l’occasion de leur 50e anniversaire de mariage et de leur 90e anniversaire de naissance, et de la part de Sa Majesté la Reine, à l’occasion de leur 60e anniversaire de mariage et de leur 100e anniversaire de naissance.

En 2003-2004, le BSGG a fait parvenir à des Canadiennes et à des Canadiens 24 539 messages d’anniversaire au nom de la gouverneure générale et 4 054 autres au nom de Sa Majesté la Reine.

Plusieurs personnes et types d’organismes canadiens, dont les organismes de charité, les municipalités, les congrégations religieuses, les groupes sociaux et d’autres, demandent également des messages spéciaux de la part de la gouverneure générale pour souligner des événements marquants, rendre hommage à leurs membres ou souhaiter la bienvenue à leurs invités lors de conférence ou d’activités de levée de fonds. Au cours de la présente année, le BSGG traité 957 demandes de ce genre et émis 843 messages personnalisés de la gouverneure générale.

De plus, la gouverneure générale reçoit une grande quantité de lettres de Canadiennes et de Canadiens sur une grande variété de sujets. Plusieurs désirent simplement lui transmettre leurs bons vœux, des encouragements ou des conseils. D’autres lui envoient des photos, des coupures de journaux, des notes et lui font parfois don d’un cadeau comme un livre, disque compact ou autre pour lui faire plaisir. D’autres exercent leur droit démocratique de lui exprimer leur désaccord au sujet d’une opinion qu’elle a émise ou de mesures qu’elle a prises. Aux autres qui lui demandent d’intervenir personnellement alors qu’ils connaissent des difficultés financières, juridiques ou autres situations difficiles, on donne les références des ministères fédéraux ou provinciaux les plus susceptibles de pouvoir les aider, car la gouverneure générale ne peut intervenir dans les questions dont les représentants élus sont responsables. En 2003-2004, le BSGG a effectué les recherches nécessaires à la préparation de 1 315 réponses à ces lettres au nom de la gouverneure générale.

Comme de plus en plus de Canadiennes et de Canadiens préfèrent communiquer électroniquement avec la gouverneure générale, les services du BSGG ont tenu compte de cette préférence et ont traité 7 476 commentaires et demandes d’information électroniques en 2003-2004.

Au total, le BSGG a traité plus de 39 000 pièces de correspondance au nom de la gouverneure générale au cours de cette année.

Mise à jour : 2018-03-26
Avis importants
haut de la page
haut de la page